L’enfant parfait ? 

Attention article pouvant irriter certaines mamans 😮
Super papa et moi, on a de la chance. C’est ce qu’on se répète du moins. Notre Cacahuète a fait ses nuits à 2 mois, il ne pleure presque pas, et quand il se plaint, on croirait qu’on a baissé le volume de sa petite voix. Il a quelques maux de ventre comme la plupart des bébés, mais pas de grosses coliques comme certains ont pu endurer. L’enfant parfait quoi 🙂

On me répète que ça ne durera pas. Jalousie ou tentative de nous remettre les pieds sur terre ?

Bon c’est vrai, si bébé ne pleure pas très fort c’est qu’il a un petit souci au larynx. Un souci qui finira bien par passer et là, certainement, Cacahuète aura envie de s’exprimer haut et fort.

Et puis ok il n’a que 3 mois et demi. Il ne marche pas encore. Je n’ai pas à lui courir après. Tout ça finira par arriver.

Il parait que les enfants nés un peu tôt comme lui deviennent souvent quasi hyper actifs en grandissant.

Enfin bon, pour l’instant Super papa et moi on profite. Quitte à crâner un peu devant les copains, on avoue.

Aller on s’y met

Bon voilà je m’y mets pour de bon. Après deux Tumblr, l’un privé sur ma grossesse, l’autre public sur la naissance de notre Cacahuete, j’ai décidé d’ouvrir un « vrai » blog.

Crédit photo : Laura Benvenuti



Maman blogueuse pourquoi pas ? Ecrire j’ai toujours aimé ça. C’est pour moi un défouloir, un moyen de ne pas craquer.

Enceinte j’étais parfois un peu tendue. La faute aux hormones me direz vous. Ecrire m’a permis de ne pas (trop) devenir insupportable pour mon entourage. Enfin je crois…

A la naissance de mon fils ce fut autre chose. J’ai eu besoin d’écrire tous les jours le premier mois. Une période pendant laquelle Cacahuete était hospitalisé en neo nat. Bah oui monsieur avait décidé de sortir plus tôt que prévu. Quoi ? C’était pas assez douillé ? Enfin passons.

Aujourd’hui avec ce « vrai » blog je veux juste partager ma vie de maman. Humeurs, bricolages, découverte de la vie de parents… je vous invite à suivre ma vie de maman parfois fatiguée, débordée mais heureuse.

Crédit photo : Manon Della-Maggiora